English  |  正體中文  |  简体中文  |  全文笔数/总笔数 : 54388/89187 (61%)
造访人次 : 10568377      在线人数 : 17
RC Version 7.0 © Powered By DSPACE, MIT. Enhanced by NTU Library & TKU Library IR team.
搜寻范围 查询小技巧:
  • 您可在西文检索词汇前后加上"双引号",以获取较精准的检索结果
  • 若欲以作者姓名搜寻,建议至进阶搜寻限定作者字段,可获得较完整数据
  • 进阶搜寻


    jsp.display-item.identifier=請使用永久網址來引用或連結此文件: http://tkuir.lib.tku.edu.tw:8080/dspace/handle/987654321/112151


    题名: « Le rôle de l’écriture chinoise dans le projet leibnizien de langue universelle. Préliminaire d’une analyse », in Actes du colloque « Échanges culturels d’aujourd’hui: Langue et littérature »
    作者: Marie-Julie MAITRE 馬朱麗 Page75-90
    关键词: Leibniz;Ecriture chinoise;langue universelle
    日期: 2017-06
    上传时间: 2017-11-21 02:10:17 (UTC+8)
    摘要: Pendant toute sa vie, G. W. Leibniz chercha à créer une langue universelle pour éradiquer l’ambiguïté des langages naturels et permettre de résoudre toute sorte de controverses. Contemporain de l’arrivée des premières informations sur la Chine en Europe, le philosophe séduit par le symbolisme et le formalisme de l’écriture chinoise. Il s’est alors demandé si elle pouvait participer à l’établissement des signes nécessaires à sa « Caractéristique », composante de son dessein de langue universelle. Cet article propose une analyse, des explications provisoires et des questionnements sur ce potentiel rôle que pourrait jouer l’écriture chinoise dans le projet leibnizien de langue universelle. Explorant les écrits et correspondances de Leibniz par une lecture critique et analytique, au stade où en sont nos recherches, l’article affirme que l’écriture chinoise fut pressentie par Leibniz pour jouer un rôle dans sa langue universelle parce qu’à ses yeux et selon les connaissances qu’il en avait, ses caractères étaient des combinaisons de caractères simples. L’écriture chinoise lui semblait artificielle, idéographique, c’est-à-dire indépendante de la langue parlée puisqu’il croyait qu’un caractère renvoyait à une chose ou une idée. L’écriture chinoise lui apparaissait comme un système de classification des choses. Mais finalement, après 1672 et son intérêt croissant pour les mathématiques, l’écriture chinoise, langue particulière, fut rapidement écartée pour jouer ce rôle. Leibniz lui préféra un schéma mathématique et une arithmétique pour découvrir la vérité dans un cadre rigoureux et universel que la connotation et la plurivocité des caractères chinois contemporains ne permettaient pas. L’enjeu de ces questionnements est à resituer dans une image large de la langue chinoise en Europe, imaginée encore aujourd’hui comme essentiellement idéographique, un caractère chinois étant supposé renvoyer à une idée.
    显示于类别:[法國語文學系暨研究所] 專書之單篇

    文件中的档案:

    没有与此文件相关的档案.

    在機構典藏中所有的数据项都受到原著作权保护.

    TAIR相关文章

    DSpace Software Copyright © 2002-2004  MIT &  Hewlett-Packard  /   Enhanced by   NTU Library & TKU Library IR teams. Copyright ©   - 回馈